Skip to content

“If you want to be happy, be.” Tolstoy (Starbucks Bonne Nouvelle, Paris 9ème)

Ce titre, j’en fais mon mantra pour les prochains quelques mois, (bonne coïncidence avec l’endroit d’où j’écris ce post).

Ma moitié séfarade m’ordonne de ne surtout jamais dire que tout va bien et que je suis heureuse! Oh, malheur! Surtout tout de suite dire “blaynara” (contre le mauvais oeil) pour conjurer la bonne nouvelle lancée spontanément dans la conversation. C’est pénible!   A la question: “et tes enfants ça va?” ma fidèle réponse: “ça va”, réponse neutre qui ne peut à priori pas engendrer de catastrophes imminentes. Me voilà casée dans la catégorie des mamans poules sur-stressées. Bon j’assume. Ce qui m’amène donc à parler de la maternité et de l’isolement que l’on peut ressentir dans cette période particulière de joie et de désarroi. Et oui c’est possible de combiner les deux, enfin pour moi. D’où le titre, d’où la volonté d’en faire mon mantra, d’où le blog en fait. Une manière de dire aux milliers de femmes (enfin celles qui me liront seront surement réduit à mon nombres de copines sur Facebook, et encore, mais bon je peux toujours extrapoler, dans ce cas là je ne peux pas me porter le mauvais oeil) que la maternité c’est complexe. Depuis mon premier enfant en 2009 j’essaie de me recréer un rythme qui puisse allier un boulot épanouissant et du temps à dédier à mes enfants. Conclusion, je fais tout à moitié. Mais aujourd’hui, non hier, quand j’ai décidé de reprendre les choses en mains et d’aller jusqu’au bout de mes quelques clics, j’étais belle et bien dans le « just do it »,”wanna be happy, be!!”. Et je compte bien renvoyer dans les cordes le beau Joaquim Phoenix qui disait dans une interview que les mamans lui renvoyaient une image de femmes ennuyeuses avec quelques kilos en trop. La phrase de trop pour moi dans la conjoncture actuelle, la bombe psychologique qui te donne envie de te ruer sur une bonne dose d’alcool pour te faire oublier ce que tu viens de lire. Evidemment, là j’avais envie de pouvoir lui répondre une phrase tellement débile “oui mais sans les mamans il n’y aurait plus d’humanité!” Je m’imagine la scène et je me dis qu’heureusement tout s’est passé dans mon imaginaire sinon il aurait eut raison!

Advertisements

1 reply »

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Follow Jenni Jane's Blog on WordPress.com

Instagram

There was an error retrieving images from Instagram. An attempt will be remade in a few minutes.

Humans of New York

Behind the brand ... Life & Exploration

The Sartorialist

Behind the brand ... Life & Exploration

Pauline

Behind the brand ... Life & Exploration

Steve McCurry's Blog

Steve's body of work spans conflicts, vanishing cultures, ancient traditions and contemporary culture alike - yet always retains the human element. www.stevemccurry.com

Alix de Beer

Behind the brand ... Life & Exploration

rose la biche - reinventing everyday basics

Behind the brand ... Life & Exploration

Deedee

Behind the brand ... Life & Exploration

so parislux !

Simply be yourself, as if, it was possible, at least bite into it!

%d bloggers like this: